La contradiction atomique

Une fois n’est pas coutume, j’ai envie de mettre en évidence un décalage particulièrement important des paroles aux actes, au sujet de la construction de nouvelles centrales nucléaires. En d’autres termes, le présent billet ambitionne de placer un parti, le cdH, face à ses promesses électorales. L’on sait la vacuité desdites promesses et que ce n’est plus, depuis longtemps, à l’aune de celles-ci que l’on juge la qualité de l’action d’une parti…

Il n’empêche, les sorties médiatiques particulièrement désastreuses du ministre Antoine sur le sujet du nucléaire ne peuvent laisser indifférent. Ramasser une gamelle aux élections fédérales n’est pas un bon prétexte pour faire feu de tout bois (encore qu’on serait dans le registre de la biomasse) ! Petite dialectique contradictoire.

Le programme en vue des élections fédérales de 2007, p. 8 :

Programmer la sortie de l’énergie nucléaire était une bonne chose. Malheureusement, cette décision impliquait la mise en place d’un ambitieux plan de substitution de l’énergie nucléaire par des énergies « propres ».

André Antoine :

« Cela suffit de les laisser répandre leur illusion écologiste. Maintenant, on doit dire la vérité aux gens, même si ça ne va pas dans le sens du vent : nous ne pourrons pas sortir du nucléaire à partir de 2015, comme cela avait été promis sous l’arc-en-ciel il y a quelques années. Et non seulement nous ne pouvons pas, mais nous ne devons pas le faire. »

Qui ment? Le programme ou Antoine?

Le programme dit encore, p. 132 :

Le cdH propose d’adopter  un  plan  ambitieux  d’énergie  alternatif à l’énergie fossile (pétrole, gaz, charbon) poursuivant un objectif clair de -30% d’émissions de gaz à effet de serre en 2020 et -80% en 2050 articulé autour de la réduction de notre consommation d’énergie et du développement des énergies renouvelables, élaboré dans le cadre de la « Task force pour une alternative à l’énergie fossile », prévoyant des mécanismes contraignants, des évaluations, des étapes et objectifs intermédiaires.

Le ministre Antoine :

« Ecolo n’avance aucune base chiffrée quand il s’agit de substituer la capacité de production nucléaire par des unités de production d’énergie renouvelable, mais nous signalons que cela supposerait d’implanter 16.000 éoliennes en Belgique, soit une moyenne de 27 éoliennes par commune ! Vous imaginez : 27 éoliennes à Ixelles… » Il insiste : « En tenant compte des autres filières alternatives (biomasse, hydraulique, etc.), les mêmes études montrent qu’au total, tout cela représenterait au maximum un sixième de la production électrique assurée par le nucléaire aujourd’hui. Or, la consommation d’électricité est en augmentation : de 88,8 % entre 1979 et 2006 ».

C’est ça la Task Force ?

Le programme, p. 132 toujours :

A cet égard, l’absence de stratégie énergétique en Belgique, imputable au gouvernement fédéral, a introduit une forte incertitude, comme en témoigne le retour à l’avant-plan du débat sur l’énergie nucléaire, malgré l’adoption de la loi de sortie en 2003. (…) La Belgique doit sortir en priorité de sa dépendance aux énergies fossiles. Elle doit, également, sortir de l’énergie nucléaire.

La conclusion d’Antoine sur le dossier du nucléaire :

« C’est quand même autre chose que l’impasse idéologique d’Ecolo ».

Ma conclusion personnelle : l’impasse idéologique, elle réside dans les promesses à tout crin que l’on ne tient pas. Sortir du nucléaire aujourd’hui demande un investissement massif et unidirectionnel dans les énergies alternatives et – n’en déplaise à M. Antoine – dans la réduction drastique de la consommation. C’est tout. Vouloir poursuivre le nucléaire ne nécessite pas de courage politique. Ce n’est pas « impopulaire » : ce qui l’est, c’est de rationner l’énergie disponible, d’implanter des parcs d’éoliennes ou de mettre le hola sur l’illusion photovoltaïque (les panneaux solaires ne vont pas résoudre tous les problèmes énergétiques, loin s’en faut). Bref, le courage politique, en matière énergétique, c’est d’éviter la procrastination.

NB : la Belgique compte 7 réacteurs nucléaires (contre 1 aux Pays-Bas, 0 en Italie ou au Portugal, par exemple), ce qui est proportionnellement une des densités les plus fortes au monde.

NB2 : lire également ceci sur le site d’André Antoine.

UPDATE : à lire cet indispensable complément d’information (David Leloup, journaliste Imagine).

UPDATE 5/11 : Daras passe les « Schtroumpfs oranges » à la sulfateuse

Démagogie(s) pétrolière(s)

Je suis dépendant, tu es dépendant, nous sommes dépendants, … Le pétrole est une ressource en voie de raréfaction à laquelle nos sociétés sont inextricablement liées. L’ensemble des transports est configuré sur un syllogisme tristement simple, mais redoutablement efficace :

Primo, je crée un mode de déplacement (par exemple, la voiture), qui nécessite une ressource particulière, en l’occurrence une ressource minérale non-renouvelable, le pétrole.

Secundo, grâce à cette invention, je modifie mes comportements de déplacement notamment. En réalité, ce mode de déplacement que j’ai inventé crée des distances qu’il est seul à même de parcourir.

Tertio, je bénéficie donc de ce mode de déplacement sans plus pouvoir m’en passer. Je suis donc dépendant.

Double problème

D’abord, je ne suis pas seul à m’être rendu dépendant à ce mode de déplacement et ipso facto à son carburant principal, le pétrole. Non seulement mes semblables m’ont imité, mais les entreprises ont également emprunté en bonne partie le chemin du transport à l’aide de ce même carburant. Coûts de congestion!

Ensuite, parce que comme tout le monde fait comme moi, on commence à en manquer, de cette fameuse ressource, de ce fameux pétrole. À quand la fin du pétrole?

Triple réponse des gouvernants

Face à la raréfaction, trois réponses (sans prétendre à l’exhaustivité) sont actuellement données par les gouvernements

  1. La mauvaise idée démagogique. D’abord, « le pétrole c’est mal, c’est bien vrai, pour éviter le réchauffement climatique poursuivons l’activité nucléaire ». Cette solution revient à soigner le mal par le mal. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Ulrich Beck, le théoricien de la société du risque.
  2. L’inertie démagogique. Une autre attitude consiste, tout en multipliant les discours écologiques, à demander à l’Europe (sachant qu’elle n’en fera rien) de suspendre ou diminuer la TVA sur les produits énergétiques pour faire face à la crise, solution conjoncturelle et court-termiste (sans préjudice de réductions ciblées pour les plus bas revenus). Sarkozy avait fait ça bien, fin mai-début juin… Et n’avait bien sûr pas manquer de rejeter la faute sur l’Europe après le prévisible refus de celle-ci…
  3. La fuite en avant démagogique. Une dernière attitude consiste à anticiper la crise du pétrole en construisant des gros axes routiers (jusqu’à dix-sept bandes! – l’article vaut la peine d’être lu jusqu’au bout). C’est pourtant très logique ; pour faire une route, il faut du bitume. Sans pétrole, comment on fait?

Dernière réponse pour la bonne bouche : stimuler l’écodriving, dernière fantaisie en date de « l’écologie sociale ». Cette proposition ultime en matière de révolution environnementale mérite une catégorie à elle seule. Car pour être totalement inerte, personne ne le contestera, elle ne semble même pas être démagogique.

Et si la Belgique était douée en fait?

Conclusion : mauvaises solutions, pas de solution ou euthanasie programmée (et accélérée).

Finalement, et si la meilleure solution face à la crise du pétrole consistait à n’avoir point de gouvernement pour faire des bétîses et laisser la ressource se mettre d’elle-même hors d’atteinte du commun des mortels?  La Belgique excelle sur ce plan là!

ADD : l' »écodriving » passé au fil de l’épée par Jacky Morael

Tchernobyl

L’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl est presque aussi vieux que moi et fêtait hier son anniversaire (22 ans). C’est tout de même un événement majeur de la modernité techno-scientifique qui a considérablement contribué à une délégitimation de la science et des applications techniques qui en découlent auprès de l’opinion publique en général.

Tchernobyl

La même année sortait « La Société du Risque » d’Ulrich Beck. L’idée est de théoriser la transition entre, d’un côté, la société industrielle, où le problème central était la répartition des richesses (au sein du welfare state), et, d’autre part, une société centrée sur la répartition des risques, autrement dit du partage des insécurités. Forcément, là comme dans toute répartition réside un fort potentiel discriminatoire…

Tchernobyl a évidemment été l’amplificateur de cet ouvrage remarquable et probablement une des clés de son succès. Toujours est-il que le concept de « société du risque », crédibilisé par l’accident de la centrale nucléaire, fait toujours école aujourd’hui.

Voyez ce très intéressant article de Michèle Gilkinet du GRAPPE.

UPDATE : manifestation, 22 ans après