Une idée de solution pour l’Europe

Série sur l’Europe, suite et fin. En discutant du « non » irlandais autour de moi, une idée a pris corps qui pourrait à mon humble avis permettre de réconcilier la voix des peuples avec un projet européen et les dirigeants.

J’ignore si cette proposition est originale ou éculée, il serait étonnant que personne n’en ait eu l’idée plus tôt (à vrai dire, je crois qu’il en avait été question au sujet de la Constitution européenne).

Quel est le plan ?

1. Redéfinir un texte et un projet pour l’Europe (ce que plus aucun gouvernement ne veut faire aujourd’hui).

2. Adopter une directive prévoyant que ce texte sera soumis au référendum dans tous les États membres, à charge pour ceux-ci d’adapter leurs législations nationales (exemple : en Belgique). J’ignore si la directive est la meilleurs technique juridique pour ce faire.

3. L’Europe entière est consultée par voie référendaire sur le projet de texte, simultanément, à l’occasion des élections européennes.

Inconvénients

D’abord, la nouvelle équipe en place après les élections doit tenir compte d’un projet qui lui est antérieur. Cela dit, il me semble que les énormes bouleversements électoraux sont si rares (sur un plan européen) qu’ils permettent stabilité et continuité.

Ensuite, comme je l’ai dit, plus personne ne veut négocier et certains États bloquent actuellement la possibilité même de certaines politiques européennes.

Enfin, tout ce processus prendrait du temps, beaucoup de temps, trop de temps (j’imagine déjà les débats stériles sur la possibilité d’un référendum en Belgique…).

Avantages

À mon sens, le fait d’avoir rendez-vous avec l’opinion publique stimulerait les ambitions d’un projet qui pourrait se laisser un peu plus aller à une vision commune, au delà de l’agrégation des vues nationales.

Précisément, ce serait bien ici le pouls européen qui serait palpé, ce qui est à la fois plus transparent et plus démocratique que la situation actuelle où une majorité d’État ratifient le texte dans une relative opacité et où une minorité d’État dont le peuple s’exprime directement le rejettent.

En outre, l’avantage majeur consiste en l’impossibilité d’instrumentaliser le texte. En liant ce texte aux élections nationales, on en fait un enjeu partagé par tous, plutôt qu’un levier politique dont se sert l’opposition pour déstabiliser le pouvoir en place.

En effet, on imagine mal les candidats sur les listes européennes, qui tous briguent un mandat à ce niveau, tirer à feu continu sur l’Europe.

Pour une analyse plus fine, plus complète et mieux informée, voyez les Coulisses de Bruxelles.

L’Europe de Bronislaw Geremek

Piqué sur le blog de Pierre Catalan

Quelle profondeur de vues, mes aïeux ! Pour ce qui concerne les jeunes et les programmes d’échange, même si le propos est maladroit (« Le citoyen européen aurait le sentiment que l’Union européenne pense à son avenir »), il y a là une si belle opportunité de faire vivre le projet européen au plus grand nombre !

Liège capitale européenne de la culture 2015

Un appel public a été lancé ce jour par François Schreuer et Alain De Clerck avec pour objectif de faire de Liège la capitale européenne de la culture en 2015. Cet appel doit être soutenu, relayé et faire l’objet de la plus large diffusion possible, tant il est vrai que Liège peut et doit nourrir des projets ambitieux, à la hauteur de son riche potentiel.

Trop souvent, des diagnostics correctement posés ne sont pas suivis d’effets significatifs et c’est dommageable. La première chose à faire est de signer l’appel, ici, et la seconde est de relayer un maximum cette information autour de vous!

En plus cela ferait la nique à Élio et au doudou, patrimoine mondial de l’UNESCO (Mons est aussi candidate)!