Démontage en règle par Onfray

Cette vidéo est à voir absolument! Je vous parlais du magazine XXI : un article sur Michel Onfray y figurait. L’auteur(e) tente de le prendre à la gorge au début de l’entretien (pour autant que je puisse en juger) et fait démonter dans les règles. Sauf erreur, la pauvre en semble totalement morfondue, même si nôtre brave Onfray lui dispense une cuiller de miel après son tonneau de vinaigre… En tous cas, c’est courageux d’avoir publié cette vidéo sur le site même de XXI.

Journaliste morfondue

Petit moment de voyeurisme malsain sur ce blog : cher lecteur, régale toi!

Voir la vidéo

Anticléricalisme primaire à Questions à la Une

FPCQuestions à la Une se spécialise dans les dossiers à charge, c’est notoire. Ils ont une dent particulière contre les cultes et principalement le culte catholique, c’est tout aussi connu. L’émission de ce soir traitait d’un sujet que je connais bien, puisque je lui consacre mon mémoire de licence : le financement public des cultes en Belgique.

Je me demande s’il est conforme à la déontologie journalistique d’orienter à ce point le propos médiatique. Il est vrai que le dispositif juridique actuel est hérité de 1830 (et même avant, par exemple le Concordat de 1801), même s’il a évolué depuis, et que certainement il mériterait d’être adapté. Mais la mauvaise foi est de mise, de toute évidence ; les contre-vérités ou mensonges par omission sont légion.

Première contrevérité ; le culte catholique ne bénéficie pas de 90 % des subsides totaux versés au culte. Les dernières estimations de M. chiffres en la matière, Jean-François Husson, sont de l’ordre de 80 % (voir Politique, décembre 2007, qui donne un aperçu autrement plus représentatif du système et de ses limites).

Ne sont interviewés que des membres du CAL et des socialistes ; seul Mgr Léonard a l’honneur d’un coup de fil de mauvaise qualité et de trois questions agressives qui tentent de lui faire dire ce qu’il n’a pas dit. Les maigres propos du porte-parole de la conférence épiscopale, Eric de Beukelaer, sont sélectionnés avec un – trop? – grand soin.

Les statistiques de fréquence du culte catholique utilisées ont un mérite indicatif ; si je ne m’abuse, le baromètre religieux 2008 a été utilisé (le chiffre de 40 % est avancé). En revanche, en ce qui concerne l’appartenance à la laïcité, on pose la question à des gamins dans la rue ou on propose témérairement un chiffre de 25 % de laïcs. Cela ne correspond pas du tout aux chiffres avancés par le même baromètre, qui sont désastreux pour la laïcité organisée (entre 1,5 et 3 % de la population).

Il n’est jamais précisé la spécificité historique du culte catholique ni de l’importance de la gestion de tout le patrimoine historique, qui a également vocation culturelle. Des études menées à Mons (Moens, Charlier) indiquent l’attachement que les Belges éprouvent encore, en large majorité, même les non-croyants, pour les pierres de leur église. C’est un patrimoine onéreux à entretenir et des exemples de reconversion montrent que l’Eglise n’est pas si fermée que ce que montre l’émission.

Autre contre-vérité : parler de cumul des traitements des prêtres est aussi une formule « trompeuse » : le cumul est légalement limité à 1,5 fois le traitement pour des prêtres qui couvrent jusqu’à 5 ou 6 paroisses, parfois. Le casuel, bien qu’on ne dispose pas de chiffres exacts, est dérisoire (sauf peut-être exception dans certaines communes riches?). La RTBF fait cette chose que je déteste, quelle que soit la matière ; diviser le montant global annuel affecté aux cultes en autant de citoyens et dire « le subside au culte vous coûte 30 € par an ». Combien nous coûte la RTBF avec ce genre de calcul idiot et réducteur? Combien des membres de son CA ont-ils des cumuls autrement plus lucratifs?

Le coup des assistants paroissiaux, la première « parade légale », est probablement une question qui mérite d’être posée. Des laïcs peuvent officier en tant que ministres du culte, ce qui permet à l’Eglise de lutter contre le déclin des vocation. Cela peut être remis en cause, en se demandant s’il est normal que les pouvoirs publics pallient à la crise des vocations? Pour autant, il faut le faire en des termes nuancés et éviter les simplismes.

Le déballage de « parades légales » ne vaut même pas qu’on s’y attarde… Que penser de l’Église méchante exploitante de main d’oeuvre immigrée clandestine et le tout sur le dos des pouvoirs publics? C’est pourtant le cliché véhiculé. Et cette glorification du modèle français et de sa présupposée « exception laïque », soit une séparation »radicale » de l’Église et de l’État depuis 1905? Bon, on peut s’en inspirer mais alors il faut expliquer clairement que c’est une opinion, pas une sorte de modèle idéal tombé du ciel.

Bref, si je prends position ici, c’est contre l’émission et pas en faveur du culte catholique ni de n’importe quel culte. Je veux bien donner sous peu un aperçu un peu plus objectif du système et de son fonctionnement, si cela t’intéresse, cher lecteur (n’hésite pas à te manifester en commentaire!). Mais pour parer au plus pressé, certains rectificatifs devaient impérativement et urgemment être apportés…

Plus d’infos sur l’émission dans La Libre.

Les Ardentes (suite) et Werchter (fin)

THE DANDY WARHOLS, GROOVE ARMADA, THE MARS VOLTA, NADA SURF, LAURENT GARNIER, THE KILLS, ARNO, LIARS, THE BELLRAYS, …

Après entre autres The Kills, Liars et The Bellrays, The Dandy Warhols, The Mars Volta et Nada Surf viennent encore renforcer un contingent rock anglo-saxon de très très haut niveau cette année. Encore des confirmations sous peu, avec de nouveau une dichotomie assumée entre électro et rock, et une répartition cohérente des groupes selon les journées (voir affiche complète en commentaire). Pas comme à Werchter où toute cohérence d’affiche est d’emblée éclatée (pour favoriser l’achat de combitickets).

Werchter

Werchter justement, l’affiche est complète, avec l’ajout de The Raconteurs ou Gnarls Barkley s’ajoutent à un tas de gros noms comme 2 many dj’s, Radiohead, Soulwax, dEUS,  Chemical Brothers, R.E.M., Moby, Ben Harper ou Beck, etc.

Liens : Les Ardentes et Rock Werchter.

Liège – la nouvelle ligne 28

28Ce 7 avril 2008, le Conseil d’Administration du TEC Liège Verviers a pris la décision de lancer à partir du 1er septembre 2008 une nouvelle ligne de bus, la ligne 28, qui reliera Fléron au domaine universitaire du Sart Tilman, via Romsée, Bouny, Chaudfontaine, Ninane, Beaufays et Tilff. Source : ulg.ac.be.

Je félicite et applaudis à deux mains cette initiative. Des lignes transversales qui traversent le réseau sans passer par le centre-ville de Liège sont essentielles. Il faut les multiplier, pour relier les hauteurs, par exemple pour joindre Fléron au Sart-Tilman, le Sart-Tilman à Embourg, Cointe à Chaudfontaine, Cointe à Sainte-Walburge, Sainte-Walburge à Herstal, Herstal aux Hauts-Sarts, Visé à Fléron, etc, etc. Les possibilités sont sans limites, même s’il faut étudier la pertinence au cas par cas!

Dans le même temps, toutes les possibilités du transport en commun doivent être développées dans le cadre d’un plan réfléchi de mobilité communale, qui facilite grandement les déplacements intra urbains sur Liège. J’en reparlerai bientôt en relatant de ce point de vue une visite à Maastricht et mes observations à cet égard.

Plus d’infos ici.

Et demain, marchandisation de la médecine?

Petit article, je suis occupé par mon mémoire de licence actuellement. Mais sujet extrêmement intéressant. Leclerc, grande chaîne de magasins français (en existe-t-il en Belgique?) s’est faite, ces dernières années, le héraut de la guerre du pouvoir d’achat, par d’ineptes campagnes publicitaires endoctrinantes et visuellement marquantes.

Thème parfaitement inadapté donc, pour un vendeur qui cherche à se faire passer pour un protecteur de sa victime de prédilection, l’acheteur, en lui faisant miroiter un imaginaire combatant, voire bolchévique. Du grand art, Jafar!

Leclerc bolchévique

Cette fois, la chaîne souhaite et revendique la capacité de vendre des médicaments à « prescription facultative » (France). Leur campagne de lobbying, comme à l’accoutumée, est soutenue par une campagne de publicité destinée à rallier une opinion publique bêlant après ses 3,50 centimes de « pouvoir d’achat ». Cette perspective seule de marchandisation  de la médecine m’effraie totalement, cette poursuite jusqu’à son paroxysme de la confusion entre intérêts commerciaux et médicaux, déjà passablement avancée (qui n’a pas vu The Constant Gardener quitte la salle!), doit selon moi être dénoncée avec la dernière vigueur par le politique, qui doit tirer et assumer sa pleine et entière responsabilité.

Cher lecteur, fais-toi ton opinion et n’hésite pas à en faire part dans les commentaires!

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=CiCLO1cTQB8[/youtube]

Enorme : le clavier Dvorak

Cher lecteur, lorsque tu apposeras un commentaire au bas de cet article, sache que tu le feras avec un clavier archaïque. Preuve supplémentaire s’il en était besoin que l’économie à ses raisons que la raison ignore, l’actuelle disposition des touches du clavier, établie dans des circonstances très particulières, est tout sauf fonctionnelle. Je dirais même plus : elle est calculée de la manière la plus contre-intuitive qui soit!

Petit historique d’un clavier archaïque (source: clavier Dvorak sur Algo.be)

Le clavier Azerty, une simple adaptation du Qwerty pour la langue française, viendra vers la fin du XIX° siècle. La disposition Qwerty a été en fait conçue pour pallier les imperfections mécaniques des premières machines à écrire dont les tiges de touches voisines avaient tendance à se coincer l’une l’autre : l’idée à la base de ces dispositions est d’écarter le plus possible les lettres fréquemment contiguës dans un texte, afin de ralentir la vitesse de frappe et d’éviter que les tiges de la machine ne s’emmêlent.

Dans les années 1930, aux Etats-Unis, August Dvorak inventa une autre disposition optimisée pour le confort et la facilité lors de la frappe de texte en langue anglaise, disposition connue sous le nom de Dvorak (clavier Dvorak). Aujourd’hui cette disposition, malgré ses avantages, reste peu utilisée. De fait, le clavier Qwerty (ou Azerty) est un bel exemple de domination d’une technologie dépassée.

Il existe des variantes, voir sur Wikipédia. Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus… Le blog de Ploum apporte de longs et circonstanciés développements dans cet article.

[click l’image pour agrandir]

Clavier Dvorak

Déboires du Country Hall : à boire pour Daerden!

Country HallPetit billet pour partager cet excellent article, extrêmement intéressant, du journal Le Soir sur le Country Hall de Liège. Une infrastructure voulue à tout prix par ses promoteurs, inadéquate et inadaptée (quels artistes? quel public? quelle accessibilité?). Véritable gouffre financier pour la Région wallone, le ministre Daerden a voulu faire payer la facture à la Communauté française : le ministre des sports, Eerdekens, refuse. Lors du remaniement ministériel de Juillet 2007, Daerden hérite des sports…

Heureux hasard! Comme le mentionne Le Soir, le ministre n’avait plus qu’à… conclure un accord avec lui-même! Bref, cet article très complet et très bien renseigné est un pavé dans la marre de Daerden. Toujours est-il que la gestion calamiteuse de ce dossier pointe du doigt un manque réel à Liège, celui d’une infrastructure réellement culturelle implantée dans le centre-ville. La Soundstation traverse des heures difficiles et, à ma connaissance, va connaître des bouleversements de ses instances dirigeantes sous peu ; il se rapporte qu’elle pourrait y perdre des plumes culturelles au passage.

A Liège, une salle de 500 à 2000 personnes de capacité, prévue expressément pour des activités culturelles serait la bienvenue, genre l’Eden ou l’Aula Magna (même si cette dernière salle a connu des déboires aussi!). Seraing et son centre culturel, super et bien géré, sont situés trop loin ; la salle des fêtes à Droixhe, c’est fort décentré… la Soundstation est trop petite, pas prévue pour ça à l’origine (l’artiste doit traverser la salle pour monter sur scène, pas de backstages facilement accessibles) et située dans un quartier qui n’attire pas forcément le grand public (Jonfosse, c’est parfois lugubre). Pourquoi vouloir du mégalo? Pourquoi faire un énorme Forum bis au Sart-Tilman, l’endroit le plus inaccessible du monde (aucun bus le soir)? Pour faire venir Jean-Marie Bigard?