Joyeux Noël, bande de primates!

Quand Le Vif récidive et persiste et signe en mettant sa couverture la plus controversée de l’année au centre d’une publicité de Noël parfaitement dégoulinante et écoeurante… Décidément, je n’ai jamais eu à regretter de couper les ponts avec cette feuille de chou !

Qui veut la peau des Francs-Maçons?

Dans mon article sur Le Vif et les Francs-Maçons, je me posais la question de savoir pourquoi la « une » d’un numéro du Vif semblait avoir été retirée à la vente en dernière minute. Les réactions ont été relativement nombreuses et nourries, certaines pour dénoncer le manque d’intérêt de la problématique, d’autres pour souligner la campagne d’ostracisme dont la Franc-Maçonnerie a été l’objet avec une étonnante synchronisation.

Sans prolonger le débat trop avant, je constate, d’une part, la difficulté de savoir avec exactitude pourquoi tant de médias tirent dessus précisément maintenant et, d’autre part, que mon article précédent semble en réalité, a posteriori, avoir été bien peu nuancé. D’où ce correctif.

Pour ce qui est de la suite de cette histoire, elle a pris des proportions assez énormes en France. L’express a titré, simultanément au Vif chez nous, sur les Franc-Maçons. L’article se livrait à une véritable délation, à en croire ce qu’en relate Arrêt sur Images (extrait reproduit ci-dessous).

Extrait de l’Express

Donc, si vous suivez bien, c’est un journaliste de la rédaction même de l’Express, Eric Marquis, qui voit son appartenance franc-maçonne dévoilée (le secrétaire de rédaction). ASI dénonce la manière dont cela s’est passé ; selon eux, »Barbier (rédacteur en chef) a convoqué Marquis dans son bureau, une heure avant le bouclage. Après une conversation générale sur la laïcité, Barbier lui a lancé : ah tiens, à propos, tu es dans le prochain numéro. Et Barbier lui-même a pris congé.« 

Droit de réponse de Barbier (abonnement requis), mais ASI maintient sa version des faits. Enfin, tout cela pour dire que la tempête médiatique qui a sévi sur les Francs-Maçons est suspecte ; on se demande quelles rivalités elle dissimule, et quelle importance revêt cette question pour qu’une rédaction en arrive à « trahir » un confrère?

[L’express en France titre également sur les Francs-Maçons]

L’express aussi, en France, titre sur les Francs-Maçons

Le Vif et les Francs-Maçons


Je me dois de faire part ici de ma perplexité.

Vendredi dernier, comme chaque vendredi, je prends connaissance de la Une du « Vif L’Express » qui titre sur un sujet on ne peut plus insignifiant et inintéressant : « Les grandes sagas familiales ». Et d’expliquer en bref l’histoire de quelques familles dans un article digne des numéros de remplissage d’été (s’ensuit un dossier sur Liège qui a le mérite de soulever pas mal de questions pertinentes pour la ville, concernant la mobilité et l’aménagement du territoire notamment).

Entre les deux, mon attention est attirée par un article sur les Francs-Maçons. Que Diable! Leur confrérie n’est pas anodine au sein de nos pouvoirs publics. Sans poser de jugement sur la Loge que je ne connais pas, je constate qu’elle a colonisé le Parti Socialiste dans toutes ses strates supérieures, ce qui apparement est plutôt de notoriété publique. Di Rupo, Onkelinx, Moureaux, Van Cau, Busquin, mais aussi Magnette, Daerden, Lizin, Despi, etc (Quelqu’un sait-il pour Demotte?). Et, pour rétablir l’équilibre, Hasquin ou Michel père pour les libéraux.


So what?

Ce matin sur le campus du Sart-Tilman (ULg) dont je reparlerai d’ailleurs sous très peu, était distribué gratuitement un numéro du Vif imprimé mais retiré des canaux de grande distribution in extremis pour lui substituer le platissime « saga des grandes familles ». Ce numéro titrait : « Jeux d’influence. Complots. Le vrai pouvoir des francs-maçons ». Slogans : « Pourquoi les loges ont été infiltrées par des affairistes » et encore « Comment les frères pèsent sur la scène politique belge ».

Le dossier revient sur la douloureuse affaire Agusta, où les têtes politiques coupées (Spitaels, Coëme, Mathot père et Claes) appartenaient toutes à la loge. Ensuite, il reprend le dossier sur Charleroi de A à Z en essayant de montrer comment les « affairistes » ont infiltré la Loge. L’article pose la question pertinente : « jusqu’où va la solidarité maçonnique ? ». Des témoignages rapportés parlent d’obstruction d’enquête, de freins apposés sur dossier d’instruction voire d’infiltrations dans la magistrature.

S’il faut, comme le stipule l’article, trier le bon grain de l’ivraie et attendre le prononcé des jugements concernant Charleroi, il est quand même interpellant que ce numéro n’ait pas atteint les présentoirs… La Loge possèderait-elle également des relais efficaces dans le milieu médiatique voire chez Roularta?

(quelques infos sur la Loge en France et en Belgique, ainsi qu’un Weblog franc-maçon)