Réhabiliter Daerden, ça, c’est fait…

deontologie

Vous avez remarqué l’opération de retour en grâce de Michel Daerden? Ce week-end, campagne médiatique aux petits oignons, confessions médiatiques par-ci, Livre vert sur les Pensions par là. Un président qui couvre son ministre sur les plateaux télé et proclame à qui veut l’entendre qu’en tout état de cause il n’y aura pas de démission, qu’il faut attendre la fin de la procédure en justice, de l’éventuel appel, etc.

Tiens, et le comité de déontologie du PS?

Hé bien, il a déjà statué sur le cas Daerden, et c’est un scoop Périscope. Ce sont des gens sérieux, le comité de déontologie. Ils ont examiné le dossier avec attention. Ils ont passé les chiffres à la loupe: « ha, ouais, 60.0001, quand même »… « Houlàlà, c’est du 4 à 5 %, du gros calibre2 », « Rhôô, dis, un fameux numéro 6… »3, etc.

Il a vite compris, le comité de déontologie électorale, qu’on ne foulait pas du pied une pointure populiste comme Michel Daerden. Il a bien saisi qu’il allait remiser ses conclusions au placard, pour une durée indéterminée. Après l’offensive « On lave plus blanc que blanc » concernant Michel Daerden, on voit que le PS opère une courbe rentrante et on se dit que le comité de déontologie sera forcément fantoche. On finira bien par « laisser la justice faire son travail »…

Évidemment, on jugera sur pièce. En attendant, plus que jamais, l’opération de communication du week-end fait planer des doutes sur la sincérité et l’étendue des prérogatives du comité de déontologie.

  1. voix aux prochaines élections -projection
  2. en moins pour le PS sans un poids lourd électoral comme Daerden – projection
  3. en position au baromètre politique des personnalités préférés en Wallonie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *