Jorion, pour une épistémologie des sciences économiques

Paul Jorion est un profil atypique et tout à fait fascinant. Diplômé en sociologie et en anthropologie sociale (j’avoue ne pas bien saisir ce que recouvre cette dernière notion), il a enseigné dans de nombreux établissement en développant une expertise sur les milieux économiques et financiers. Ce qui est singulier à son égard, c’est la publication, en 2007, d’un ouvrage intitulé Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte: 2007). Vous avez dit prophète ? Un temps mis au ban de la communauté financière, pour autant que je puisse en juger, Paul Jorion s’est taillé une place de choix parmi les « analystes-ressources » de la crise financière en raison de ses écrits précurseurs. Son blog cartonne littéralement depuis ces mois de septembre et d’octobre et a grandement contribué, me semble-t-il, à l’exposition dont il bénéficie aujourd’hui.

Plus que de vous faire découvrir ce blog essentiel dont les analyses sont parlantes et pertinentes, je voudrais attirer l’attention sur un billet précis, qui éclaire d’un jour particulier le cheminement intellectuel suivi par Paul Jorion. C’est étonnant, la manière dont il a développé une épistémologie particulière, en total porte-à-faux avec l’évolution des sciences économiques contemporaines. Autrement dit, sa manière de concevoir les disciplines dans lesquelles il évoluait différait grandement de la manière dont ces disciplines étaient vécues et comprises par la majorité des gens.

Où l’on comprend l’importance de réintroduire l’humain dans des sciences économiques qui avaient parfois cédé aux sirènes positivistes du calcul rationnel… C’est pour moi une façon de restituer à l’économie sa dimension intrinsèquement politique. À lire et à relire, donc, sans modération !

Blog de Paul Jorion » Crise : où l’expliquer.

5 réflexions sur « Jorion, pour une épistémologie des sciences économiques »

  1. P. Tetlock, […], s’est livré à une analyse systématique, sur très longue durée, des prévisions des experts. Son jugement est sans équivoque : les experts qui prédisent l’avenir n’existent pas. Très rares sont ceux, lorsqu’on étudie toutes leurs prévisions, font mieux que des prévisions faites au hasard; et même ceux-là ne font pas aussi bien que des règles simplissimes que n’importe qui peut appliquer.

    Voir la suite ici sur le blog d’éconoclaste :
    http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2008/10/29/1433-le-mythe-des-prophetes-et-des-leaders

  2. Je n’avais jamais entendu parler de « Paul Jorion » et je regrette déjà cette époque qui vient de prendre fin. S’il a une sensibilité economico-épistémologique, cela ne fait pas très sérieux de mettre dans ses amis le prince des imposteurs Jacques Attali. A moins qu’il pousse la provoc et le second degré jusqu’à un point qui m’échappe. Par ailleurs, un coup d’oeil au cv du génie qui nous occupe ici ne me rassure pas. Pas bcp de traces crédibles de travaux sérieux. Quant aux revues dans lesquelles il a quelques fois publié, elle ne semble pas, pour le moins, en rupture avec l’orthodoxie économique. ok, ok, que de préjugés, ok, j’accepte la critique. Je n’ai rien lu du « Professeur » en question. Quel jugement hatif. Mais bon, voilà, il ne m’inspire pas confiance. Ces travaux semblent creux et pompeux. Ca va souvent de paire.

    JD.

  3. Ok, j’ai parlé trop vite, je m’excuse platement. Je suis souvent hyper-sceptique et méfiant des gens présentés comme des intellectuels, qui le plus souvent sont des gens que je considère comme mes ennemis. Je vais un peu lire sur le Monsieur avant de porter un jugement.

    JD.

  4. @ Charles et Ø

    Merci pour la trackback et le commentaire. J’ai lu l’article sur éconoclaste avec beaucoup d’intérêt. La futurologie est quelque chose que je connais mal mais qui m’intéresse prodigieusement. Bien sûr, il y a toujours la tentation de réécrire l’histoire avec ceux qui avaient vu juste… Mais si, de manière générale, les causalités sont difficiles à établir (pour faire des prédictions suffisamment fiables), faut-il en déduire que toute prédiction est impossible? Quid des capacités jugées « irrationnelles » (l’instinct, le pressentiment, le tarot ou autres?)…

    @ JD

    Je préfère un lectorat averti et critique que mouton et stérile 🙂 Pour ce qui est de Paul Jorion, j’ai fréquenté son blog avec beaucoup d’intérêt depuis deux mois et demi, trois mois, avant de me décider à aller jeter un coup d’oeil sur son CV. Ce faisant, je suis tombé sur sa photo et je me suis dit : « heureusement que tu ne l’a pas vue plus tôt ». Instinctivement, cette photo aurait pu lui valoir un délit de sale gueule et j’aurais aussi bien pu ne plus consulter ses billets. Idiot, n’est-ce pas?

    En attendant, j’ai pris les réflexions qu’il proposait comme telles, en appréciant leur qualité critique et leur côté didactique pour expliquer simplement des choses qui ne le sont pas (et sur un ton que je trouve juste). Bref, jugeons l’arbre à ses fruits… pas à ses feuilles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *