Brève : la crise, pas pour Périscope

Chère lectrice, cher lecteur,

Petit moment d’auto-flagornerie : dans le classement Wikio de ce mois d’octobre, réalisé selon un nouvel algorythme, Périscope fait un bon spectaculaire de la place 1643 à la place 789 du classement général des blogs (qui en répertorie environ 60 000).

C’est grâce à vous qui suivez ce blog avec attention, et grâce aux liens qui redirigent vers Périscope.

Pour la suite, ce blog poursuivra dans sa ligne éditoriale, relativement large à dessein ; où l’on parlera sans coup férir et avec tumulte de questions environnementales, écologiques, politiques, économiques, etc. Finalement, que chacun y trouve son bonheur et que les autres repassent plus tard!

Enfin, plusieurs articles seront dédiés à des questions très générales sur l’innovation technologique dans nos sociétés. Je concocte aussi deux séries, l’une sur l’écologie au quotidien et l’autre sur l’inflation normative (que l’on m’a réclamé de longue date!). Tout ça arrivera en temps utile…

Merci, chère lectrice, cher lecteur, pour ces visites, ces lectures et ce soutien!

5 réflexions sur « Brève : la crise, pas pour Périscope »

  1. Bravo pour ce bond spectaculaire, encore plus que le mien! Il est bien ce nouvel algorithme:-): moi je suis passé de 700 et quelque à 174e! Mais je suis aussi plus vieux que Périscope de quelques mois… On se retrouvera donc bientôt là-haut, côte à côte!
    Bonne continuation, François.

  2. Oui, il est très bien ce nouvel algorithme 🙂

    174ème, wahou on se rapproche du top du top! Question d’ancienneté probablement, mais également de qualité (plus grande expertise) et de cohérence du contenu, à mon sens.

    Merci et bonne continuation, Charles!

  3. Djû ! Vu des tréfonds des abysses, mon Dieu que vous êtes haut ! 😀

    Allez, je prends mon courage à deux mains et je vais déjà commencer par dégager les couches de limon qui me recouvrent.
    Ensuite, j’entamerai ma remontée vers ces sommets ensoleillés.
    Facile : j’aurai qu’à suivre les bulles de méthane qui, de plus en plus et par millions de millions, vont crever la surface pour aider les hommes dans leur œuvre ultime : le réchauffement climatique. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *