Bref commentaire sur l’affaire CCC

L’emballement médiatique de considérable ampleur qui se produit actuellement autour des arrestations dans le cadre du dossier « CCC » est nauséabond. Le cocktail médiatique, particulièrement détonnant, combine la réactivation alléguée d’une cellule terroriste, active dans les années ’80, avec l’arrestation tonitruante d’une série d’activistes politiques.

Il va de soi que je n’ai absolument aucune connaissance du dossier mais je m’inquiète, avec François Schreuer, du peu de précautions qui balisent le traitement médiatique de cette affaire. Le sentiment qui se dégage de tout cela est que le parquet lui-même a orchestré le retentissement donné à cette affaire. Est-ce en mal de publicité et de crédibilité ? Ou bien est-ce, plus gravement et comme Hugues Le Paige en formule l’hypothèse, une manière de mettre la pression à une semaine du procès DHKP-C ?

Toujours est-il que la seconde impression qui se dégage est que les médias sont fort prompts à rebondir sur cette affaire, quitte à susciter l’amalgame par manque de prise de recul. Par exemple, le titre de cet article laisse entendre que toutes les personnes concernées par les mandats d’arrêts délivrés sont d’anciens CCC. Cela dit, il convient de ne pas noircir le tableau : les manifestations de soutien abondent également, surtout à destination de la journaliste de la RTBF qui a également fait l’objet d’une arrestation. Ces appels rencontrent eux aussi un écho médiatique.

J’ignore tout de ce dossier, mais je constate que la recherche du choc médiatique mène à mal la présomption d’innocence, en amalgamant terrorisme, activisme politique, récidive, anciennes condamnations et nouveaux mandats d’arrêt …

0 réflexion sur « Bref commentaire sur l’affaire CCC »

  1. J’ai lu hier l’une des « bulles » de François Schreuer au sujet de cette affaire. Franchement, je trouve, dans son chef, l’analyse soit totalement naïve soit très orientée et de mauvaise foi.

    Mettons tout d’abord les choses au point : ni lui, ni toi, ni moi, ni la majorité de tes lecteurs ne connaissent le dossier. On ignore sur quels éléments matériels, ces individus ont été arrêtés. Tout ce que l’on sait, c’est que cette affaire a trait de près ou de loin au terrorisme. Laissons oeuvrer la justice en toute sérénité.

    La réflexion de François S. est que l’on jette des personnes en pâture et que la presse s’en repaît. Je suis désolé mais cela n’a rien à voir avec les ex-CCC et personnes associées qui sont en cause ici. Faut-il rappeler les affaires Pirson, Nihoul, etc. Je prends sciemment ces exemples car, en fin de compte, ces deux personnes ont été acquittées des principales charges qui pesaient contre elles. Les fuites vers la presse dans les affaires « importantes » sont légion. Pourtant, on les critique si peu…

    Maintenant, la vraie question : est-ce que François S. s’oppose vraiment à cet emballement médiatique au nom des idéaux classiques (présomption d’innocence, droits de la défense, etc) ou est-ce que c’est parce que les personnes mises en cause sont communistes qu’il réagit ?

    Ma conviction profonde c’est que François S. (qui se trouve quand même très très à gauche et qui écrit pour des revues communistes) n’aurait pas autant vitupéré à l’égard de l’arrestation de membres d’extrême droite, alors que tant l’extrême droite que l’extrême gauche présentent un danger pour notre société.

    Je n’ai jamais vraiment aimé les fuites vers la presse car la justice ne se rend pas sur la place publique. Mais je ne suis pas assez naïf pour croire qu’une partie des personnes, qui aujourd’hui clament haut et fort tout le mal qu’ils pensent de ces fuites, sont totalement dénuées d’arrières pensées très orientées.

  2. Cédric, je suis bien d’accord avec toi pour constater que de nombreux blogs de gauche, voire de la « gauche de la gauche » reprennent l’information avec moults vitupérations. Personnellement, tu me connais, je ne suis pas spécialement taxable de nourrir les arrières pensées que tu évoques.

    Pour tout dire, j’ai pensé dénoncer par la même occasion la manière dont était traité le cas Aïd Oud, avec hier un titre à la une de La Libre qui clamait « Pas le coupable « idéal », « le » coupable tout court… « … Bon, rapporter ces propos des avocats de la partie civile en titre, je trouve que c’est manquer de nuance, tirer sur l’ambulance, rechercher le sensationnalisme, et cela me déplaît.

    J’ai associé ma voix à la protestation qui gronde dans cette affaire CCC parce que j’estime qu’un mauvais traitement de l’affaire entraîne des dérives, certainement. Je ne l’ai pas associé explicitement avec Aïd Oud pour éviter précisément les association nauséabondes qui n’ont aucune pertinence… Qu’après, cette protestation soit soutenue par une proximité idéologique avec les personnes arrêtées, c’est possible et même probable.

    Mais il me semble qu’en tant que lieu de micro-résistance et de libre expression, le blog est une tribune qui permet de dénoncer des abus, surtout lorsqu’ils sont potentiellement préjudiciables. Ainsi, la journaliste de la RTBF pâtira des retombées médiatiques dans son travail, selon moi même si elle est blanchie.

    Ce qui permet de retourner la question que tu poses : en fin de compte, le retentissement médiatique, dû à l’association d’idées entre ces arrestations et les CCC (le lien est plus que ténu), n’est-il pas orchestré explicitement par le réveil de vieux démons ? Et dans quel(s) but(s) ? Quid de l’attitude du parquet, qui me semble œuvrer dans le flou judiciaire le plus total ?

    En d’autres termes, et si c’était les instances judiciaires qui avaient cherché à faire tonitruer ce dossier, plaçant le débat sur un terrain hautement symbolique et s’attirant par là même une réaction musclée de la sphère gauche, voire très à gauche de la blogosphère ?

  3. Salut François,

    il est clair que si l’une des personnes arrêtées devait être blanchie par la suite, elle pâtira toute sa vie de cette arrestation. Mais, malheureusement ce n’est pas propre à l’affaire et de nombreux innocentés pourraient en témoigner.

    Juste une réflexion sur les fuites. Vu que normalement les instructions sont secrètes, peu de gens sont au courant de la teneur des dossiers. Et il est bien dommage que des personnes qui aient fait serment du secret livrent des informations aux journalistes. Pour reprendre Nihoul, la photo le présentant barbe mal rasée, visage fatigué et mine patibulaire fut prise au terme de son premier interrogatoire et largement diffusée dans la presse dans le dessein de montrer à la population « quel monstre » il était. Dans ce cas-là, il y avait clairement une instrumentalisation de la presse pour casser tout éventuel capital positif en faveur de l’accusé.

    Je peux admettre que dans la nouvelle affaire CCC & associés, un but inconnu sous-tend la médiatisation de leurs arrestations. Mais d’une part, ce but n’est pas connu (et peut-être que ce but est fantasmé) et d’autre part, rien n’oblige la presse à jouer ce jeu et à dévoiler le nom des 5 personnes mises en détention.

    PS : ne blâmons pas trop vite le parquet car si les faits sont avérés, on parle quand même de faits graves. Et le passé judiciaire de plusieurs des prévenus est quand même entaché de sang. Ce que je regrette c’est que peu de bloggeurs auraient eu ce débat s’il avait été question de militants d’extrême droite. Or, une bombe qu’elle provienne de l’extrême droite ou de l’extrême gauche tue toujours autant.

  4. Rien n’oblige la presse à faire usage d’un détonateur médiatique servi sur plateau d’argent, mais la loi de l’audimat l’y incite.

    En filigrane, c’est la responsabilité du public qui est mise en cause. Entre une couverture aguicheuse qui titre sur la réactivation des CCC, un des pires traumatismes de l’histoire belge récente, et … un sujet finalement relativement anodin et peu croustillant pour le grand public (arrestation de quelques activistes politiques), je crois que le lecteur en mal de sensations fait pencher la balance.

    Mais il est de la responsabilité des médias de ne pas avaler les couleuvres, si couleuvres il y a, avec une docilité excessive … Et bon appétit bien sûr 🙂

  5. @ Cédric

    Vous écrivez:

    « J’ai lu hier l’une des “bulles” de François Schreuer au sujet de cette affaire. Franchement, je trouve, dans son chef, l’analyse soit totalement naïve soit très orientée et de mauvaise foi. »

    Je vous réponds : des faits, des faits, rien que des faits… En l’occurrence, quels faits vous permettent de penser que mon analyse est naïve; analyse que même Le Vif semble partager en titrant « Ex-CCC : et si l’affaire faisait ‘pschittt’ ? » (et pourtant Le Vif n’est pas un journal « communiste ») :
    http://www.levif.be/actualite/belgique/72-56-18236/ex-ccc—et-si-l-affaire-faisait–pschittt—.html

    Argumentez, précisez ce que vous me reprochez (le forum de mon blog est grand ouvert) mais n’en restez pas à ce genre de généralités qui ne portent pas. Et surtout, ne pratiquez pas l’amalgame (en quoi le fait d’avoir donné quelques articles à des journaux « communistes » constitue-t-il un argument ?), le raisonnement par analogie, qui permet de dire n’importe quoi. Soyez rigoureux dans vos les implications que vous proposez.

    http://bulles.agora.eu.org/20080606_ccc.html

  6. @ François Schreuer,

    je viendrai bientôt développer mes arguments sur votre blog. Toutefois, pour répondre à votre souci de rigueur, je mabstiendrai de baser mon opinion sur le fait qu’un hebdomadaire – du reste, souvent très bon – détermine d’ores et déjà qu’une affaire fait « pschittt » ou non. Mon esprit critique me permet de faire abstraction de l’avis d’un journaliste qui, comme moi, n’a pas accès au dossier judiciaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *