BHV : quelles stratégies francophones?

Aujourd’hui, cela sera la cacophonie annoncée, on le sent, on le sait. BHV s’invite à nouveau à l’agenda politique et, une fois encore, va provoquer des crispations.

Ce qu’il se passe, en réalité, c’est ce qui a abondamment été relayé dans la presse comme un « empêche moi de te faire mal« . A savoir, les francophones auraient pu agiter la sonnette d’alarme et postposer la mise à l’ordre du jour du texte en séance plénière de la Chambre. Ils ne l’ont pas fait. Or, les flamands, quant à eux, étaient pris au piège de leurs déclarations et ils n’envisagent toujours pas, à l’heure actuelle, de changer leur fusil d’épaule : il est encore question de tirer à bout portant. Ils auraient bien voulu ne pas en arriver là…

Je peux concevoir, en termes stratégiques et électoraux, l’intérêt flamand de se livrer à de mâles déclarations puis de pousser la logique à son terme, si stupide cela soit-il. En revanche, lors d’une séance de séminaire hier à l’ULg, nous avons mené une réflexion collective sur l’intérêt qu’avaient les partis francophones du Gouvernement de laisser Leterme se casser les dents, de clasher le CD&V-NVA et probablement, si cette loi BHV était votée, de faire chuter la majorité?

Plusieurs pistes ont été avancées, mais restent peu convaincantes. Pourquoi les francophones auraient-ils intérêt à la crise maintenant et probablement à de nouvelles élections? Stratégie personnelle de Didier Reynders, qui se verrait bien reprendre la main lors de négociations ultérieures et décrocher le poste que l’on sait? Le cdH, donné en hausse par la plupart des sondages? Le PS entendrait-il se lancer, suivant les déclarations de Caroline Gennez, à la poursuite d’une coalition olivier, qui mettrait les libéraux hors jeu grâce aux succès, annoncés par les sondages, d’Ecolo et du cdH?

Enfin, tout cela reste hypothétique, d’autant plus que je ne serais pas étonné qu’une petite solution bricolée de derrière les fagots ne surgisse en dernière minute et ne bouscule le cours des événements.

Bref, pourquoi diable les francophones n’ont-ils pas tiré la sonnette d’alarme?

0 réflexion sur « BHV : quelles stratégies francophones? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *