BHV : ficelles et désarroi

Le direct de RTL est encore tiède qu’on a cessé de rire depuis longtemps. La blague, saumâtre, s’avère une fois encore de mauvais goût. En matière de débat politique, c’est une énième ficelle improbable qui est survenue – je l’avais prédit dans mon article précédent. C’est Van Rompuy qui a du mettre de l’ordre à la place d’Yves Leterme. Comme c’est son rôle de Président de la Chambre, il a fait adopter un ordre du jour. Il a proposé avec succès de donner la priorité à la loi-programme et au budget, et de postposer le point BHV.

Celui-ci refera surface dans les débats à très court terme. En outre, la crise éclate de plus en plus ouvertement au sein du CD&V, puisque le Président de la Chambre, en faisant adopter un ordre du jour sans BHV, se range du côté du Premier ministre mais contre le chef du groupe parlementaire CD&V à la Chambre.

Mes aïeux, quel capharnaüm! Et pour quoi faire? Il y a la frustration flamande des blocages francophones, et il y a les gifles flamandes arguées par les francophones. Mais quand une issue rationnelle à cette histoire, qui a cessé depuis longtemps d’être signifiante pour les citoyens, sera-t-elle enfin trouvée? Difficile de manifester aujourd’hui autre chose que du désarroi devant tant d’obtusion intellectuelle et politique.

0 réflexion sur « BHV : ficelles et désarroi »

  1. Vous aurez remarqué que les francophones ont attendu l’inscription à l’ordre du jour bien tard dans la nuit pour faire des amendements et remettre à plus tard la décision, non mais quelle mascarade!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *