Dois-je m’inscrire sur Facebook (fr)?

Facebook

Comme aurait pu le dire Ségolène Royal, je suis atteint de perplexitude. Récemment, un ami – aujourd’hui au Népal pour quelques mois encore, pronostiquait à mon endroit : « François, n’essaye pas de résister ; tu vas te retrouver sur Facebook, comme tout le monde. C’est comme cela et tu n’y peux rien. Tu t’inscriras, crois-moi. Autant abréger tes tergiversations. »

Bon, j’ai un peu emphasé le propos, l’idée est là. Oui, mais… Parce qu’il y a un mais. J’ai plusieurs fois reçu des emails m’annonçant que j’avais de nouveaux « amis » sur Facebook. Impossible de consulter leur page : il aurait fallu s’inscrire. Et puis, Facebook, ca sert à quoi? A référencer mon blog pour grapiller du lectorat? Ok, mais après? En plus, on raconte qu’ils vampirisent les données utilisables commercialement, que vous devenez un cyber-supôt du viral marketing.

Je profite de l’ouverture de Facebook en français pour ouvrir le débat. Jusqu’à présent, comme je le disais, je suis perplexe et je ne me suis pas décidé à franchir le pas. D’où ma question : faut-il, oui ou non, s’inscrire à Facebook?

Addendum : dans cet article du Soir, interpellant, on explique certains dangers insoupçonnés à rallier les réseaux « sociaux ». Virginie en parle également sur son blog, Le ou la quatrième.

Une réflexion au sujet de « Dois-je m’inscrire sur Facebook (fr)? »

  1. Alexandre Plennevaux

    Ave Docte François!

    Surtout pas, je l’ai parce que en tant que web dev, je voulais comprendre la hype mais c’est surtout une belle perte de temps, et de vie privée. Le pire, c’est qu’on ne sait pas se désinscrire et les données sur ta vie privée sont publiées par défaut. beurk!

    Répondre
  2. EJ

    Salut François, perso, je m’y suis inscris pour voir. Francherment, ça ne sert pas à grand chose sauf à retrouver des gens dont tu avais complètement perdu la trace (j’ai même retrouvé des filles et garçons qui étaient avec moi en maternelles). Quant à la vie privée, je suis assez sourcilleux par nature et c’est pourquoi je n’ai pas rempli beaucoup de champs me concernant. A défaut d’informations, quel risque ?

    Répondre
  3. Gilles

    Je ne suis pas pour non plus. Je m’y suis inscrit pour mon Erasmus, pour partager des photos, et des commentaires et aussi garder des contacts avec les gens.

    Premièrement, si tu ne l’as pas t’es un peu exclu. Tout les étudiants qui font des voyages et qui veulent se garder en contact y sont. Et ils partagent des photos. Alors quand on parle avec eux, ils ont tous la même remarque: « Rajoute moi sur Face book pour les avoir ». Du coup, j’ai craqué. Mais mnt je le regrette parce que les photos que j’avais déja me suffisaient en fait, que tout le monde fait des milliers de photos qui se ressemblent toutes entre personnes mais aussi entre voyages. C’est aussi ça l’ère du numérique.

    Deuxièmement, j’ai retrouvé plein d’amis, c’est génial. Mais en fait, ceux que j’ai pour le moment me suffisent. J’ai l’adresse de tous mes amis, je peux donc les contacter quand je veux, les plus vieux que je ne vois plus trop et les autres que je vois souvent. Les avoir sur facebook c’est merveilleux pour leur envoyer un message sur une histoire vieille de 10ans qui entraînera un petit délire mais rien de plus. Un peu comme si je les croisais dans la rue, voire même un peu moins que ça. Je ne vais pas pour autant les inviter à manger chez moi demain soir, contrairement à d’autres amis qui ne sont pas sur facebook. Parce que si ce sont des connaissances à qui je n’ai pas beaucoup parlé ces dernières années, sans vouloir être méchant, c’est qu’il y a une raison, ne serait-elle même qu’inconsiente (plus d’intérêt commun, dispute, éloignement trop long,…) Facebook n’est donc pas un outil socialisant.

    Troisièmement, je trouve que c’est un peu facile et un peu de la frime. En effet, par facebook tu retrouves de vieilles connaissances et ce sont tes amis. Mais t’as quand même pas donner signe de vie pendant longtemps, et là pouf d’un coup, c’est de nouveau ton pote? De mon point de vue, cela sonne un peu faux quand même. Alors pourquoi le faire? P-e parce que ta liste d’amis est visible à qui veut et que ça fait bon genre d’avoir plein d’amis (surtout de très jolies filles). Donc, une personne à qui tu as parlé ne serait-ce qu’une fois ferait un très bon ami facebook, rallongeant ta liste, ne demandant pas d’entretien, et te rapportant un peu plus de prestige (ça fait mieux d’avoir 150 amis que 5, sur facebook en tout cas…)

    Quatrièmement
    En quelques années, on a inséré dans la vie de monsieur tout-le-monde des gains de temps qui peuvent se percevoir comme des obligations de perte de temps. En effet, on avait le courrier à lire tout le matin, rien de très grave et le téléphone auquel on devait répondre. Et puis maintenant, on a rajouté les téléphones mobiles qui nous permettent de parler de tout et surtout de rien tout le temps, partout, qui nous impose de le prendre avec soi (de le chercher si on l’a perdu comme ça m’arrive tout le temps) de le charger quand il faut, de charger son crédit d’appel (ce qui coute d’ailleurs atrocement cher),…bref déja pas mal de minute en une journée si on y pense. De plus, désormais, on a internet qui nous permet de voyager et trouver plus vite plus loin plus rapidement, qui nous permet aussi de communiquer avec tout le monde instantanément pour pas cher du tout, via les e-mails ou les programmes type skype-msn. A priori, c’est génial. Sauf que du coup on est au moins obligé instinctivement de « checker » ses mails (dont la plupart n’ont aucun intérêt) une fois par jour au moins. L’air de rien ça occupe aussi pas mal de temps: je dirais entre 30 minutes et 1h par jour au moins en moyenne souvent pour rien. S’y rajoute encore facebook pour rester avec ses « amis » et vivre une cyber-vie. Encore une fois, facile d’y passer 30 minutes par jour. Si on additionne tout ça sur une journée et qu’on le multiplie par 365, ça fait pas mal d’heures perdues sur un an juste pour pouvoir communiquer! On faisait comment avant? On avait pas d’amis? On n’était jamais au courant de rien? Ce sont les questions que je me pose tous les jours quand je suis entrain de me connecter à tous mes réseaux, forum, blog, sites,…

    Finalement, l’argument de la vie privée est p-e celui qui fait le plus peur, c’est que tout le monde peut voir avec qui je suis ami, qui je suis, les commentaires que les autres me laissent,mes photos de voyages, les photos de voyage des autres ou je figure (si mon futur patron veut savoir à qui il a affaire pour du vrai, il n’a qu’à consulter ma page pour se rendre compte qu’il ferait mieux d’engager quelqu’un de sérieux),… Même si je ne regrette rien du tout (non non), ça fait quand même réfléchir. D’autant plus qu’une fois le doigt dans l’engrenage, c’est fini, plus moyen de sortir, qu’on le veuille ou non, notre nom est sur facebook, il y restera avec certaines informations.

    Si c’était à refaire je n’irais pas sur facebook et je tiendrais bon à la pression sociale sur mes épaules. J’avais quelques appréhensions avant d’y aller comme tout le monde mais c’est pas parce que je m’y suis inscrit que je vais retourner ma veste comme tout le monde et oublier que tout ce qu’y me retenaient d’y aller avaient une raison d’être: facebook, ça vaut pas le coup.
    Moi je vous le dis, gardons le goût des choses simples (Herta)!

    Répondre
  4. Francois

    Et bien, Gilles, quel point de vue largement étayé. Sans avoir partagé ton expérience, ce que tu en relates confirme un peu mes impressions.

    En tous cas, la chute de ton commentaire était purement imparable ; j’en ris encore!

    Répondre
  5. Ping : Réseau social à l’ULg | Périscope

  6. sab

    franchement il y a plus de défauts que de qualités( retrouver des amis d’enfance que tu veux revoir sincèrement!!) sur face book!! c ‘est juste à qui aura le plus d’amis et la frime pour certains de montrer leur haut niveau universitaire ou des trucs comme ca… pour moi c ‘est vraiment de la pure perte de temps et une volonté de gonfler son ego … superficiel quoi!

    Répondre
  7. Francois

    @ sab

    J’ai été boire un verre il y a une semaine ou deux avec un pote de secondaire retrouvé sur facebook… (parce que j’ai finalement craqué, je me suis inscrit). À part ça, entièrement inutile.

    Le profil très drôle : le gars qui surinvestit dans facebook, avoir le plus d’amis être hyper complet, tester toutes les applications 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *