Dakar, la suite

Aucune actualité par rapport à l’annulation du rallye « Paris-Dakar » 2008. Mais une réflexion qui a suivi son chemin depuis mon post et les commentaires qui en ont été donnés. En fait, je voudrais revenir en deux mots sur la dimension humanitaire du Dakar ainsi que sur les associations et ONG qui gravitent autour de l’évènement.

Décidemment, j’ai du mal avec cet argument.

J’ai trouvé une image qui s’est dessinnée avec le temps et qui restitue bien mon opinion à ce sujet. Faire du dakar une vitrine humanitaire, c’est d’une certaine manière s’essuyer les pieds sur le paillasson avant d’uriner dans le hall d’entrée.

A tout prendre, je préfère l’idée de remettre un pot de fleur dans le salon, de donner une canne à pêche pour l’étang du jardin ou encore celle de restituer la vieille pioche que je leur avais empruntée pour que mes hôtes puissent exploiter eux-même la mine de grand-‘pa dans le fond de la propriété.

Si le prétexte du Dakar s’avérait indispensable pour certaines associations pour assurer une présence en Afrique, ce ne serait pas de nature à donner confiance en la nature humaine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *