Dans Liège, à vélo…

Dans Liège, à vélo, on se fait dépasser par les autos!

Le bourgmestre de Liège pense au vélo : bonne nouvelle pour les cyclistes ?

Communiqué de presse du GRACQ du 12 octobre 2007

La presse fait état de la volonté du bourgmestre de Liège, qui s’exprime pour la première fois depuis qu’il a la mobilité en charge, de lancer un appel d’offre pour l’implantation au centre-ville de 20 stations de vélos en libre-service. Le coût en serait supporté par la Ville et non par des recettes publicitaires.

Bonne nouvelle ? Oui sur le principe. Des doutes subsistent sur la manière.

Le GRACQ tient à rappeler que lors de la passation du marché actuel de mobilier urbain en 2003, le Collège avait refusé l’option d’élargir ledit marché pour y inclure la fourniture de vélos en libre service, payés par la pub. La nouvelle prise de position est sûrement motivée par le succès de ce type d’opération dans bon nombre de villes (mais les 25 stations installées à Bruxelles sont un échec cuisant et très coûteux).

Pour le GRACQ, il est indispensable de lancer un appel d’offres après une étude préalable approfondie. L’échec bruxellois vient des tarifs pratiqués mais surtout de la couverture géographique bien trop restreinte, liée au découpage communal, et d’un maillage trop large : les stations sont trop éloignées des une des autres.

Des vélos en libre service aujourd’hui, à Liège, est-ce la priorité ? Si le succès est énorme à Paris, c’est surtout parce que leur mise en service a été précédée d’une politique TRÈS volontariste en faveur du vélo et en défaveur de la voiture pendant 5 ans ! La pression automobile a diminué de 15% en 5 ans à Paris. Entre voiture et ville, le maire socialiste et son collège ont choisi : la voiture recule, au profit des transports publics et du vélo, pour lesquels on investit massivement. A Liège, la circulation automobile augmente, d’après le Collège lui-même, de 3% chaque année.

Le GRACQ rappelle que dans une ville où l’espace public est rare, l’action essentielle pour permettre à tous d’avoir envie de se déplacer à vélo est de réduire la circulation motorisée. Une politique vélo qui ne serait pas soutenue par une politique globale de mobilité et d’accessibilité ne réussira pas.

0 réflexion sur « Dans Liège, à vélo… »

  1. Bon, je me prends un peu la honte, j’ai essayé de mettre des liens dans mon message… mais c’était pas top… d’où mon premier message supprimé…

    Donc, je disais… « ha… de vélib’s à Liège… trop cool!! »
    (quand on répète, ça le fait toujours moins…)

    Bon voilà quand même, cadeau, deux liens indispensable pour savoir quoi penser des velib’s… un et deux, que du bonheur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *