Arrêt sur Images

Récemment, il était mis un terme à l’excellente émission de France 5, diffusée le dimanche sur le temps de midi, à savoir Arrêt sur Images. Cette émission s’attachait à décrypter les médias, à dénicher les double-discours, à traquer l’orientation de reportages, à compléter les vérités partielles (et partiales) de certains journalistes.

Ce n’est pas la théorie du grand complot… Mais de nombreux pontes, au sein du PAF et de la classe politique, ont des raisons tangibles à la suppression de cet excellente et salutaire émission. Ce fut donc chose faite en juin 2007, après l’adoubement d’un certain Président. Et pour cause: Drucker, Ardisson, Morandini, de Carolis (Président de France Télévision), etc. avaient une dent contre certains reportages qui ne leur étaient pas spécialement flatteurs.

Une pétition, lancée pour le maintien de l’émission, a recueilli un succès considérable
(je ne retombe plus sur le nombre précis de signataire). Un soutien populaire fort a en tous cas été exprimé à Daniel Schneidermann et à son équipe. Fort de ce soutien, ceux-ci poursuivent leur aventure sur la toile. Comme ils ne croient pas à la gratuité et à l’indépendance combinées des médias, ils ont rendu l’accès à l’émission modestement payant (abonnement à l’année à 12 € pour les étudiants).

Arrêt sur Images, c’est caustique, ca frappe où ca fait mal, ca tombe sûrement un peu dans la théorie du complot, à l’occasion, mais ca reste d’une pertinence avérée et d’une importance cruciale à qui veut comprendre le fonctionnement des médias, dans ce qu’ils ont de plus manipulateur. Pas « lémédias » (« monstre mou, énorme, informe, erratique, incernable ») mais bien, à chaque fois, un reportage, une chaîne télé, une rédaction, un journaliste montré du doigt et pris en flagrant délit de partialité. A voir absolument, par exemple, ce reportage sur l’obésité des enfants (lien en bas d’article également).

L’émission, malgré tous les soutiens qu’elle a reçu, a donc été supprimée du PAF et remplacée par une daube nommée « Revu & Corrigé », qui n’est qu’un talk-show de plus indigne d’intérêt, avec vos questions par sms et webcam et beaucoup d’invités consensuels qui viennent s’écouter parler. Une émission bien française en fait. Schneidermann parle de la première de l’émission ici, et je suis entièrement d’accord avec ses propos.

L’aventure ASI continue donc sur internet, dès le début 2008. A ne manquer sous aucun prétexte! Un site provisoire, permettant de ne pas rompre le fil avec le public qui a exprimé son soutien, ainsi que de récolter des abonnements pour rendre le projet viable, a été lancé le 13 septembre. Le 19, déjà 10 000 abonnés avaient été enregistrés. Le 26 septembre, ils étaient 15 000. Personnelement, je vais rejoindre les abonnés sous peu, c’est trop important.

Gageons que les nombreux contacts noués au sein et en dehors des rédactions permettront la pérennité de l’émission et garantiront un contenu de qualité. Beaucoup de contenu est déjà en ligne sur le site et vaut vraiment le détour!

arretsurimages.net

un reportage accablant sur l’obésité des enfants et la publicité

encore du bon contenu média avec les éditos vidéos de Christian Barbier

4 réflexions sur « Arrêt sur Images »

  1. Merci pour le commentaire!

    Non, pour être très franc, je n’ai vu que son film sur Pierre Bourdieu, La Sociologie est un sport de combat. J’étais moyennement fasciné, je dois être très peu bourdieusien.

    Mais pour le reste je suis très néophyte tu peux développer? 🙂

  2. C’était assez succinct effectiviement. Je peux développer. Par où commencer? Je dirais ceci: je pense que Pierre Carles a compris que pour critiquer les médias, il est nécessaire de sortir des schèmes de pensée du sens commun, c’est à dire notamment ceux des médias. Pourquoi? Parce qui sinon, on produit une critique stérile. Car les schèmes de pensées du journalisme, ou les catégories de pensée des journalistes, ne sont pas neutres, mais le produit de rapport de force dans un espace social donné. Ils ne permettent donc pas de dévoiler ces rapports de forces puisqu’ils en sont le produit.

    Voilà, je suis peut-être trop théorique, et ça ne te parles peut-être pas bcp si tu n’es pas boudieusien.

    Mais je pense qu’on peut apprécier le travail de Pierre Carles, même si on n’adhère pas à la sociologie de Bourdieu. Je recommanderais « Pas vu pas pris » et ensuite « Enfin pris », qui, pour le moins, sont drectement lié au billet de ton blog sur shneiderman. Filmes cultes.

    Voilà, si tu as le temps et/ou l’envie, je te recommande ces films, ils sont disponible sur dailymotion.

    bat

  3. Et bien je crois que je vais suivre la suggestion Dailymotion c’est un bon premier pas pour se familiariser avec ces théories.

    Le rapport de force, a priori je peux comprendre mais difficilement mesurer l’étendue. Disons que sur le principe j’ai un peu de mal à accepter la réduction de tout fait, de toute activité ou de tout rapport sociaux à un rapport de force.

    Comme tu le suggères, je crois que ce sera « Pas vu pas pris » puis « Enfin pris » pour se fonder une opinion.

    En ce qui concerne arrêt sur images, il y a quand meme un point fondamental sur lequel il ne suivent pas le schème de pensée des médias traditionnels, me semble-t-il, c’est l’orientation audimat. En effet, leur audimat il existe de par la qualité du contenu qu’ils proposent.

    Après, ils ont opté pour l’indépendance totale. Ils misent sur un capital déjà fidélisé sur base duquel ils peuvent développer leurs services.

    Ils me semblent donc affranchis d’une course à l’audimat, car leur objet social n’est pas l’hyperrentabilité mais la qualité d’un contenu qu’on ne retrouve nulle part ailleurs… en toute indépendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *