Bilan vert de la violette

Selon le Vif/L’express (édition du 9 au 15 février)

Le maigre bilan vert des partis traditionnels

> En ratifiant le protocole de Kyoto, la Belgique s’est engagée à réduire ses émissions de CO2 de 7,5 % en 2010 par rapport à 1990. Si elle poursuit sur sa lancée, les gaz à effet de serre n’auront diminué que de 0,7 % à l’échéance. Notre pays achètera à l’étranger des « droits de polluer » à concurrence de quelques 500 millions d’euros! Ce comportement très peu vert nous a attiré quelques remarques peu amènes de la Commission européenne. Mais Guy Verhofstadt annonce virilement qu’il faudrait un « Kyoto plus »…

> Le plan « Energie 2030 », commandé par le gouvernement de Guy Verhofstadt à une commission « scientifique » en partie pro-nucléaire avérée (NB: experts nucléaires ainsi que dirigeants actifs dans le nucléaire) base ses analyses sur un scénario d’augmentation de 2 % de la demande énergétique en Belgique dans les prochaines décennies. Où est la « révolution verte » tant annoncée?

> Le Premier ministre Guy Verhofstadt insiste sur le fait qu’il faudra, à l’avenir, déplacer le poids de la fiscalité, qui pénalise aujourd’hui lourdement le travail, vers les comportements non écologiques. Autrement dit, on taxera davantage les pollueurs. Mais le Bureau du Plan a des cartons entiers de mécanismes en ce sens, et auxquels le gouvernement ne s’est jamais intéressé.
> A la Région wallonne, les partis au pouvoir martèlent leur préoccupation énergétiques (NB: et plus généralement, tous niveaux de pouvoir confondus, ce thème est largement récupéré). Mais aucun des pôles consacrés par le Plan Marshall de relance économique n’est axé sur la filière verte. Or la production d’énergie renouvelable concerne un tissu de PME, celles-là mêmes dont on dit qu’elles sont l’avenir du redressement wallon.

Le Vif L’express
Le Plan Marshall pour la Région wallonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *