Elements de politique américaine

Je voudrais brièvement souligner quelques aspects de la stratégie unilatérale enclenchée par les USA suite au 11 septembre 2001, et particulièrement quelques données factuelles qui démontrent sans difficultés l’étroitesse de raisonnement de l’administration républicaine. A supposer, bien entendu, que ces œillères idéologiques ne dissimulent d’autres intérêts, bien concrets, ceux-là.

Inutile d’évoquer la guerre en Irak lancée avec pertes et fracas en 2003, pour des motifs dont les principaux auteurs de ce conflit reconnaissent aujourd’hui la non-pertinence.

Je voudrais donc simplement parler de deux actes unilatéraux posés par les USA, dont un a déjà eu des conséquences potentiellement dramatiques et dont l’autre ne pourrait manquer d’en avoir, s’il se réalisait.

En premier lieu, vers 1945, les Etats-Unis proposèrent, idée farfelue s’il en est, de couper la péninsule de Corée en deux parties, à hauteur du 38ème parallèle. Preuve que la guerre froide n’a pas attendu le développement par l’URSS de la force nucléaire, le lendemain même du jour de la victoire de la WWII, l’URSS envahissait agressivement la Corée du nord. Cinquante ans plus tard, la Corée a connu bien des déchirements entre ses parties imaginaires, Nord et Sud. A cet endroit, la guerre froide s’est réchauffée, et ce ne sont ni les Américains, alliés du Sud (une fois n’est pas coutume), ni le couple Sovietico-chinois, alliés du Nord, qui en souffrirent le plus.

Tout cela pour dire qu’en 1994, les rapports ayant évolué et la Corée du Nord étant exsangue financièrement, l’administration Clinton s’engage à verser argent et pétrole à la Corée du Nord en échange de la promesse de mettre un terme à tout programme de recherche nucléaire militaire. En décembre 2002, après les attentats que l’on sait, alors que des négociations étaient en cours, les USA coupent unilatéralement les vivres, notamment pétrolières, aux Coréens du nord. Le 10 janvier 2003, ces derniers, prenant leur parti de la violation par les Américains de leurs engagements de 1994, se retirent unilatéralement du Traité de non-prolifération nucléaire, avec les résultats que l’on sait aujourd’hui.

Dans ce cas-ci, je regarde les faits et les dates. Les Américains prétendent, pour leur part, que la Corée du Nord développait des programmes nucléaires secrets, à l’abri de l’AIEA, en se réfugiant derrière le TNP. La bonne vieille stratégie de l’arme de destruction massive cachée, du « rogue state » (qui n’est tel que parce que les Américains l’ont décidé ainsi…), déjà éprouvé en Irak. Ce qui est sûr, c’est que si « axis of evil » est plus une réalité aujourd’hui qu’hier, il faut en remercier nos camarades républicains d’outre-Atlantique.

L’autre cas que je voudrais brièvement aborder, et qui est tout aussi explicite, concerne la non-militarisation de l’espace. Reagan avait développé cette idée complètement ridicule d’un bouclier spatial (plan de défense stratégique nommé « star wars », sic!), pour se prémunir d’attaques extra-atmosphériques qu’encore aucun de leurs ennemis n’avait la possibilité concrète de mener. Cette stratégie de militarisation active (la militarisation passive étant déjà réalisée par l’envoi de nombreux satellites), même dans un objectif argué de « légitime défense » (tiens, ce concept de défense préventive a par ailleurs également déjà été évoqué en d’autres circonstances…).


Manque de chance, ils avaient signé en 1972 (lors de la détente) un traité bilatéral ABM (antimissiles balistiques) avec Moscou! Ce traité, signé initialement pour une durée illimitée et s’inquiétant des conséquences d’une militarisation active de l’espace, interdisait explicitement, ainsi que l’a établi le Congrès des Etats-Unis, toute initiative de l’ordre de ce plan de défense.

Début 2002, l’administration Bush s’est retirée unilatéralement de ce traité ABM et le plan de défense stratégique a été relancé, en vue de se prémunir des fameux « rogue states ».

Une réflexion au sujet de « Elements de politique américaine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *