Feuilleton de l’été!

Il n’y a pas tant de personnages, mais par contre énormément d’action: faites-vous plaisir!

LIÈGE Les aveux des trois accusés lors de l’enquête étaient plus complets que les déclarations livrées, lundi, au premier jour de leur procès. L’avocat général, Laurence Maudoux, qui les accuse de coups et blessures ayant entraîné la mort, a donné lecture dans le détail des horribles sévices et punitions infligées à Pierre Leboutte, 44 ans : se tenir debout sur un pied les mains croisées dans la nuque durant tout le temps que Roger décidait, se mettre à genoux sur une chaîne, manger les excréments des enfants! Et puis, il y avait les humiliations en tout genre mises au point par l’esprit pervers de José Roger: faire l’amour avec Thérèse devant lui, se nourrir des croûtes de pain que les enfants avaient jetées à la poubelle…

José Roger, 45 ans, nie tout. Il dément avoir frappé Pierre Leboutte le 11 janvier 2004, jour de son décès. Il ne reconnaît plus que des coups en septembre 2003. «Thérèse et Karine m’ont raconté qu’elles ont pris M. Leboutte la main dans la culotte de la p’tite qui n’avait pas deux ans! Ce jour-là, je lui ai cassé le nez. Je l’ai bien esquinté au visage», avoue le castard qui se fait appeler Ben. Jamais il ne l’a forcé à s’agenouiller dans un coin, jamais il ne s’est servi de la chaîne pour frapper! Leboutte n’a pas non plus, à l’entendre, servi de domestique et encore moins de souffre-douleur. «D’où viennent les traces de coups sur lui?» lui demande le président Godin. L’accusé, très loquace, affirme: «Il avait la fâcheuse tendance à tomber souvent. Je lui avais dit d’aller se faire soigner!»

Les trois accusés ont été interrogés séparément. Et les deux femmes de José Roger ont, elles, reconnu les violences. Celles faites par tous à Pierre Leboutte et celles dont elles ont été les victimes. Thérèse, la mère des six enfants conçus avec José, confirme les sévices. «Vous lui avez tordu le sexe?» demande le président. Elle répond: «C’est M. Roger que m’a demandé de le faire, il ne voulait pas se lever…» Le président poursuit: «M. Leboutte a dû manger plusieurs fois ce qu’il y avait dans le lange des enfants.» Thérèse dit encore : «C’est Roger qui voulait.» Karine, la favorite de José, avoue qu’elle ne sait pas pourquoi elle frappait elle aussi. Elle s’emporte quand le président lui demande si elle en éprouvait du plaisir. «C’est faire passer les gens pour des monstres! Moi, je ne suis pas d’accord!»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *