Le Péril jaune


Ca y est! On l’attendait depuis si longtemps, elle est enfin arrivée! La grippe aviaire vient de faire son entrée avec pertes et fracas dans l’Union européenne, le club très fermé des 25. C’est étrange, on avait pourtant tué des millions d’oiseaux et multiplié les plans d’urgence pour être sûr d’éviter cela.

Plus sérieusement, quelque chose me taraude… on parle énormément dans la presse d’un risque de mutation du virus, qui pourrait s’étendre à l’être humain et causer des épidémies sans précédent. Je veux bien, soit. Mais pourquoi évoque-t-on cette éventualité aujourd’hui seulement, à propos des élevages chinois? Alors qu’hier nos propres implantations agricoles étaient touchées par des contaminations à la dioxyne et à la PESTE porcine? Je suis personnellement plus effrayé par la peste du cochon voisin que par la grippe de la poule à l’autre bout de la terre!

Alors, pourquoi cette psychose médiatique? C’est une question tout à fait intéressante. Qu’est-ce qui fait, que du jour au lendemain, ou presque, les médias ont lancé une campagne d’envergure sur cette problématique? Qu’est-ce qui explique la durabilité de cette campagne? Inutile d’évoquer la tourmente médiatique consécutive à l’introduction du fameux virus en Italie et en Grèce…

Je vois principalement à ces questions un élément de réponse évident; si les médias parlent grippe aviaire, c’est que parler grippe aviaire fait vendre. J’éviterai, si vous le permettez, l’écueil qui consiste à justifier tous les choix de la presse par la sacro-sainte loi de l’offre et de la demande. Mais, clairement, il y a de cela dans le cas qui nous préoccupe.

Dès lors, que demande le peuple? Il me semble que cette tourmente médiatique peut trouver sa source dans la montée en puissance de l’Empire du Soleil Levant. Les plus avertis me rétorqueront que la Chine monte en puissance depuis avant ma naissance, déjà. Certes, mais ce n’est que récemment que la grande opinion publique a pris conscience de ce phénomène.

Il faudra compter avec la Chine demain, et ça, c’est nouveau pour beaucoup de gens. On ne sait pas vers où se dirige cette Empire à la taille importante, au poids démographique démesuré et à la puissance économique exponentielle. Il est le seul capable de lutter contre l’hégémonie américaine, mais sans cependant adopter le même système de valeurs que nos sociétés.

La prise de conscience de ce phénomène de montée de la Chine nous met donc face à l’inconnu. Il en résulte un malaise diffus, un sentiment de peur tamisé. Peut-être est-ce là une brèche dans notre opinion publique dans laquelle les médias peuvent s’engouffrer facilement pour vendre leurs produits…

Je n’étendrai pas l’analyse des causes de la véritable psychose qui semble vouloir s’imposer à nous concernant la grippe aviaire. Mais je vais encore mettre en évidence mon propos en rappellant une anecdote. un jour, une jeune fille turque est arrivée un peu palote par l’avion en Belgique. Nos autorités lui ont sorti le grand jeu, plan d’urgence au H5N1, bataillon de médecins spécialisés dans le problème, mise en quarantaine, j’en passe et des meilleures. Le lendemain, soulagement général, interviews à n’en plus finir de notre – par ailleurs très compétent – Ministre de la santé publique, M. Demotte, et tout le tintouin. On l’a échappé belle!

Non, mais! Tant d’agitation pour rien! Je concluerai en vous conseillant d’essayer de déterminer, dans une situation qui vous paraît étrange, qui est celui à qui profite cette situation. Parce que je n’ai pas abordé le volet pharmaceutique de toute cette affaire, mais il existe des firmes qui vendent des vaccins contre le fameux virus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *